L'immoblog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Recherche

Votre recherche de raccard a donné 16 résultats.

Dimanche, 30 octobre 2011

Le grenier - épisode 2/5

Le paysan utilise le grenier comme cave à provisions et pour entreposer ses biens précieux. Les grains sont conservés dans de grands coffres, les morceaux de viande séchée et de lard sont suspendus, et des habits, des outils, de la vaisselle et des objets de valeur trouvent également place ici. Afin que les aliments demeurent secs et qu'ils soient protégés des rongeurs, le grenier repose sur des quilles, à l'instar du raccard. Les madriers sont embrevés sans joints afin que le bâtiment soit étanche. Les portes peuvent être fermées à clé. Les greniers varient selon la topographie du site, l'étendue des champs et la richesse du propriétaire. Il existe de petits édifices, autant que d'imposants bâtiments appartenant à plusieurs propriétaires (chaque porte possède sa propre serrure).

Lire la suite...

Lundi, 5 septembre 2011

Le raccard - épisode 1/5

Raccard... ce terme est clairement associé à valaisan. Un raccard est valaisan autant qu'un valaisan n'est rien sans son raccard, n'est-ce pas? Pourtant, des raccards, il n'y en a pas tant que ça dans l'absolu alors qu'on use et abuse du terme qui l'évoque. Et trouver un raccard au village n'a bizarrement pas été une mince affaire, ce à quoi je ne m'attendais pas du tout. D'où l'intérêt d'en parler pour en savoir un peu plus sur le sujet.

Au risque de se tromper - mais ce n'est pas grave car vous pourrez amener votre contribution en commentaire pour préciser, corriger, compléter - ce blog n'a pas valeur de science! Mais plutôt de réflexion. Tentons la démarche.

Donc, le raccard.

Lire la suite...

Dimanche, 26 juin 2011

Le raccard suspendu

Lire la suite...

Mercredi, 8 septembre 2010

Le temps des migrations - presque prêts pour le voyage

Pendant que le CDTA [comité directeur des transports et de l'aéronotique], un département fédéral international de la gente volatile à double queue, se réunissait en tout petit nombre, 3 ou 4 au maximum, sur notre raccard aux archives, le reste de la troupe gérait à la coule les préparatifs du rassemblement en voletant.

Certes, les temps sont difficiles pour ce genre de bestioles, car les fils tendent à manquer. Même si certaines grandes entreprises énergétiques du coin coin ourdissent la vénérable intention de leur en fournir en suffisance en ça en bas par la plaine du Rhône.

Quelle ne fut pas, dès lors, la surprise de l'immoblog des les y trouver là où il n'y pensait pas. Et pourtant, c'était d'une planante évidence.

Lire la suite...

Mercredi, 1 septembre 2010

Le temps des migrations

[Cliquez pour agrandir]

Monté sur son cheval mécanique, l'immoblog passait, hier, devant l'antique raccard aux archives, juste au-dessus du village. Le nez au vent, chaudement équipé d'une bonne veste d'hiver et de gants [le cheval galopait vite], son attention fut soudain attirée par une bien curieuse ribambelle.

Autant il y a, parfois, de mouches qui jaillissent des parois d'un logement lorsque sa température s'adoucit, autant il y avait là d'oiseaux pour coloniser la façade: une nuée!

Lire la suite...

Dimanche, 4 juillet 2010

Le plus beau texte de la littérature valaisanne

[...]

Je ne songeais plus qu'au dernier charron d'Anniviers que l'on allait porter en terre, à ce pan de vie qui s'était écroulé comme l'angle vétuste d'un édifice que l'on ne relèvera plus.

Son père, que l'on n'appelait que le "charron Melly", lui avait appris à polir des pièces parfaites pour les voitures à chevaux, pour les chars du nomadisme et ces luge à deux bras bien lisses pour le dévalage des foins, des bois et du "fruit" de l'alpage.

Je vois encore des moyeux tout étincelants et des roues suspendues à l'atelier, qui attendaient que le maréchal eût le temps de procéder aux ferrages. Enfants, nous regardions ébahis la scie à ruban, le tour et l'établi d'où s'envolaient des copeaux drus comme des esquilles de fromage vieux, et cette poussière parfumée qui s'entassait en petits cônes sous les machines désuètes. Nous pensions à ces amas de cirons qui tombaient des râteliers chez les paysans cossus qui thésaurisaient de nobles pourritures dans les caves et les greniers.

Lire la suite...

Jeudi, 6 mai 2010

L'écrin de bois au coeur de la Suisse

MAGNIFIQUE!

Permettez que je chamboule mon programme de la semaine pour vous parler de ce reportage! Par avance pourtant, on s'excuse à l'encontre des Anniviards car il s'agit une fois de plus de mon village dont il est question. Mais, franchement... j'espère que nous aurons aussi un jour droit à un si joli reportage sur les autres villages de notre vallée car ils le méritent tous.

L'équipe du journal de 13 Heures de TF1 a sillonné nos rues la semaine dernière [c'était avant le retour de l'hiver et, pourtant, les Saints de Glace c'est que la semaine prochaine] en quête de PERSONNAGES.

Et assurément, ils les ont trouvé, ces personnages. :oui:

Lire la suite...

Jeudi, 26 novembre 2009

Magnifiques récits valaisans!

Saviez-vous qu'il fut un temps où pénétrer dans la vallée d'Anniviers n'avait rien de touristique, mais tenait quasi de la condamnation à mort? [A moins d'y être invité]
Avez-vous idée de l'utilité des surnoms dont nous nous affublons nos familles au point de servir à des générations de descendants?
L'art de veiller nos morts [à la cave en hiver] ou celui de ramener le trépassé Anniviard "en douce" dans la vallée pour éviter les tracasseries administratives lorsqu'il a eu le mauvais goût de quitter notre monde lors de son séjour à Sierre?
Et la coupelle exclusive de la fiancée qui se retape après un accouchement à l'Humagne [blanche]?
Evidemment, on ne pouvait ne pas raconter les 3 villages des remueurs d'Anniviers puisqu'à force de remuer, nous étions toute l'année sur les chemins [anni viae, je me répète mais je ne retrouve plus le billet], d'où nous tirons sans doute notre appellation.
Planter des pommes de terre à la lune montante ou la lune descendante? Nos vieux vous répondraient sans hésiter... eux!

Lire la suite...

Mardi, 10 novembre 2009

Là-haut sur le clocher

Eh oui... même ici les initiatives en votation à la fin du mois de novembre [ici celle qui vise à interdire la construction de minarets sur sol helvétique] fleurissent sur les murs les madriers de nos raccards!

Les tagueurs qui ont sévi au village cet été [on s'est refusé à en parler ici, pour le moment] sont priés - ou non selon leurs convictions, bien sûr - d'intervenir sur cette affiche. :twisted:

Lire la suite...

Dimanche, 26 juillet 2009

Passé, présent



"Mais... t'as pas lu l'article dans le journal?", se récriait-elle à chacune de mes questions posée.

Lire la suite...

Jeudi, 2 avril 2009

Expo de Laetitia à St-Luc

Avis aux amateurs, Laetitia Salamin vous invite à son expo de peinture. Faites donc le détour!

A la galerie du Raccard à St-Luc, ses toiles seront visibles dès dimanche et jusqu'à la fin de la saison de ski, soit le 19 avril prochain.

L'affiche et tous les renseignements complémentaires.


Mardi, 20 janvier 2009

Concours du bon Anniviard - De catastrophes en (re)constructions

En quelles années se sont déclarés les incendies de St-Luc?

Il y a exactement 164 ans et 2 jours éclatait, en plein hiver, un drame sans précédent à Luc.

Un incendie ravaga ce samedi matin-là le village. Pas de pertes humaines comme l'avait subi le village de Mission sept ans auparavant, le 23 juillet 1838 - des victimes collatérales, de surcroît - mais une «destruction du village à peu près totale» selon Willy Théler.

305 édifices partirent en fumée en quelques heures, soit 112 habitations avec tout leur contenu et tous les greniers, granges, écuries, remises et raccards alentour. Y compris l’église, dont les cloches de bronze n’étaient plus que magma fumant, et la cure. Tous les objets du quotidien, ustensiles, habits, meubles, vaisselles, documents, papiers, mais aussi toutes les réserves de fourrage et de nourriture pour l’hiver (céréales, patates, viande séchée, vin, fromage, foin, etc.) y passèrent ainsi. Ne subsista que la toute petite portion du village qui se situait de l’autre côté du ruisseau qui le pourfendait. Des peanuts, irnoniserait-on jaune aujourd’hui.

Lire la suite...

Samedi, 27 septembre 2008

Le fromage de l'alpage

L'excellence de notre fromage de l'alpage du Marais en fait saliver plus d'un [je vous épargne le fameux: "rencontre bien des suffrages" pour l'occasion...].

Aujourd'hui, jour magnifique de désalpe - car il fait toujours beau pour l'occasion jusqu'à preuve du contraire - c'est aussi jour de consécration pour tous, pâtres et bergers, propriétaires et vaches. Ces dernières sont bien sûr tout particulièrement à l'honneur. Preuve en est le grand succès de leur cortège à travers notre petit village. Ici et ailleurs... remarquez, car les désalpes sont des événements authentiques très courus. Il y en avait 80 à défiler nos Champs Elysées par rang de 8 car le lieu s'y prêtait tout à fait - bien sûr - et la foule jubilait. Notez que la production photographique mettant en scène nos façades brunies par le soleil et nos pavés a subi un pic remarquable.

Or, pour en arriver là, c'est le travail de tout un été. Un jour d'escapade, nous avons par hasard soulevé le voile d'une partie de ce mystère. Ou plutôt... nous nous sommes risquées à en pousser la porte...

Lire la suite...

Lundi, 8 octobre 2007

Les archives

Le raccard en illustration, situé au-dessus du vieux village dont voici l'emplacement précis sur la carte ci-dessous, a, il y a quelques jours à peine, suscité la curiosité d'une personne d'origine étrangère à Grimentz. Et pour cause! Sa partie en pierre est bien plus imposante qu'à la normale et son isolation par rapport au noyau villageois intrigue pour une si vieille bâtisse.

Pourquoi? Le savez-vous?

Lire la suite...

Lundi, 17 septembre 2007

Le week-end du goût à Grimentz...




... a été fort remarqué dans le contexte cantonal. Le Nouvelliste d'aujourd'hui - encore lui désolée ;-) - par la plume de sa journaliste Marie Dorsaz nous relate le tout non sans une pointe d'humour.




Lire la suite...

- page 1 de 2