La taxe sur les résidences secondaires signe l'arrêt d'une époque, celle de la construction des résidences secondaires, pour en ouvrir une autre, celle de l'exploitation. Traite des résidents pour les mécontents - forcément, puisque ça touche le porte-monnaie - nécessité économique d'entretien des infrastructures pour une si grande et si belle - là, on est tous d'accord - vallée comme la nôtre.

Pour ne rien vous cacher mais vous le savez déjà, je participe comme d'autres à son élaboration. Mais nulle n'est ici mon intention d'entrer dans l'argumentation ou de chercher à convaincre. Pour le moment? Le temps de vous laisser vous faire votre opinion, histoire de combattre au moins à armes égales... :twisted:

Le reportage ci-dessus donne un trop bref aperçu des débats en cours, mais il a le mérite de poser quelques bons jalons de discussion, merci à Erwan Jagut de la RTS pour l'avoir fait sans prendre parti.


Voici à votre disposition pour réflexion et par dates de publication:

Voilà, assez de lecture pour le moment.

Quoique... quelques informations pratiques encore.

Le règlement adopté par l'assemblée primaires doit être validé par le Conseil d'Etat, sans doute d'ici à la fin de l'année.

Le règlement d'application - le règlement détaillé de l'avenant ci-dessus - doit encore être créé. Personne n'est donc en mesure de supputer à quelle sauce le propriétaire untel - s'il est indigène ou étranger - va être taxé, à quel tarif - le Fr. 4'100.- au maximum seront-ils seulement appliqués vu que nous avons proposés des fourchettes? - ou je ne sais quoi encore. N'agitons donc pas d'épouvantails inutiles à l'heure où rien n'est arrêté, le débat émotionnel n'arrange de toute façon pas les choses.

Diverses alternatives et solutions se profilent pour essayer de faire au mieux et surtout de réduire la charge au maximum de ceux qui participent à l'effort communautaire.

Les commentaires sont ouverts, sachez seulement que je resterai d'une zénitude EXEMPLAIRE en vous lisant, hèhè...