Celle qui occupe nos esprits depuis des mois concerne l'aménagement de notre territoire. En 2007, une première initiative des verts visait en gros à veiller au maintien des bonnes terres agricoles de notre pays, avant que celles-ci ne disparaissent sous les constructions et le problème du mitage du territoire.

Jusqu'ici, on est tous d'accord sur le bien-fondé de l'idée.

Or, là où ça a commencé à faire problème, c'est lorsque les politiques se sont emparés de l'affaire pour tendre à un dézonage dans le but de ne conserver en territoire à bâtir que ce qui n'excède en réserve pas une utilisation à 15 ans, sans tenir compte des structures géographique des diverses régions de Suisse, de leurs activités et de leurs besoins.

A ce titre et après la fronde de l'initiative Weber l'année dernière, les Valaisans se sentent une nouvelle fois floués car(k), propriétaires fonciers par essence, ils sont les premiers touchés par cette nouvelle loi. Réalisée ou non, la terre demeure pour nous une ressource patrimoniale et financière, un héritage qui se transmet de génération en génération, la promesse d'un retour toujours possible au pays pour l'enfant prodigue, une garantie bancaire pour toute entreprise économique familiale, etc.

Bien des choses ont déjà été écrites à ce propos.

Il y a les pour: oui à la LAT

Il y a les contre: révision LAT non - non à la LAT

Etc.

Nonobstant toute conviction personnelle, on vous livre les avis des deux bords, afin que chacun se forge sa propre conviction. Appréciez l'effort. (dizzy)

On vous bassine pas plus avec ça, mais il est tout de même intéressant d'observer que les arguments-phares des pro-LAT - garantir des logements et protéger le paysage - sont justement les premiers démentis par les politiques. Les agriculteurs et les locataires seront les premiers lésés, comme nous l'explique un article de www.lesobservateurs.ch de façon bien concrète et sans revendication émotionnelle inutile.

Quelques extraits:

Le peuple ne doit pas cautionner cette injustice qui provoquera l’inévitable révolte des lésés et l’endettement insupportable des petites collectivités publiques appelées à indemniser partiellement ces lésés. Elle porte une grave atteinte au fédéralisme en érigeant les régions les unes contre les autres, et en foulant au pied le respect des différences entre les cantons.

(...)

Les raisons invoquées par ses partisans sont la nécessité avérée de stopper le mitage du territoire et de préserver les meilleures terres agricoles. ... Les régions les plus touchées par le mitage se situent sur le plateau suisse et c’est précisément là que se situent également les meilleures terres agricoles du pays. Or Il y en [zones à bâtir] aurait trop dans les zones périphériques et rurales et pas assez dans les zones urbaines en fort développement. ... Pensez-vous raisonnablement que les dézonages dans le pays d’en Haut, en Valais, au Grison ou à Uri vont résoudre les problèmes effectifs de mitage du territoire et de sauvegarde des meilleures terres agricoles ? se demande Jean-René Fournier.

Elle spolie les petits propriétaires des régions périphériques et agricoles au profit des grands acteurs de l’immobilier que sont les caisses de pensions, les fonds de placements, les promoteurs, voire les spéculateurs.

Elle porte une grave atteinte au fédéralisme en érigeant les régions les unes contre les autres,  et en foulant au pied le respect des différences entre les cantons. ... C’est comme si, par souci d’équité et de justice, on distribuait des chaussures taille 39 à toutes les recrues ! [c'est parlant, non?]

Elle crée une nouvelle taxe sur les plus-values immobilières de 20 % qui ne servira qu’à remplir les caisses de quelques communes. Et pas forcément celles qui en ont la nécessité.

Elle engendrera une hausse inévitable des loyers en diminuant les terrains constructibles et en restreignant l’offre.


Enfin, bref. Cet article me parlait tout particulièrement. Lisez-le au complet pour confronter votre avis à la question.

Pas vous bassiner, disais-je? Promis. On s'en tiendra à ce billet malgré l'importance du sujet et de ses conséquences.

Promettez-nous en retour, et quel que soit votre opinion, de voter en CONNAISSANCE DE CAUSE!

Vos avis et commentaires sont les bienvenus.


PS. Merci à mes amis facebookiens pour la dérision de l'illustration du sommet qui tombait sous le sens.