Elle choisissait peu à peu de renoncer. De renoncer à toutes ces petites choses qui occupaient son quotidien et faisaient sa vie. Elle perdait le sourire et la force, alors qu'elle avait élevé seule le dernier de ses enfants et s'était assumée avec entrain pendant 40 ans.

Elle a certes eu besoin d'un petit coup de pouce [ou coup de gueule] au moment de la prise de décision, mais aujourd'hui elle se dit heureuse de son choix.

D'ailleurs, y a rien qu'à la voir à l'écran: elle cause avec assurance, elle tape aux cartes et badine avec ses copines, elle trottine comme une chèvre avec sa marchette, elle a toute sa tête et, en digne grand-mère [ou plutôt, je sais de qui j'ai tiré ce trait] elle aime beaucoup son chat [vers la 14ème minute du reportage]. Terriblement touchante aussi la scène du timide retour à l'ancien domicile.

Ma grand-mère Madeleine Vouardoux fête mercredi prochain ses nonante ans.

Depuis Noël l'année dernière, et ce fut un cadeau pour tous dans le fond, elle vit dans une maison domino à quelques centaines de mètres de son domicile.

Les maisons domino sont un projet-pilote qui a démarré à Sierre il y a quoi... 10 ans, 15 ans? La solution idéale de la collocation pour ceux qui ne peuvent plus s'assumer seuls, mais qui ont encore beaucoup de ressources et ne nécessitent pas d'attention continuelle, comme dans un EMS. J'ai d'ailleurs cru comprendre qu'Anniviers aura sa propre structure domino dans un trimestre à peine.

Que ce billet ne soit pas, comme certains précédents, interprêté sous l'angle de je ne sais quel improbable dicastère, mais le simple témoignage d'une intégration réussie.

Ce n'est non plus pas tous les jours que sa grand-mère [oncle, tante et cousine aussi] passe[nt] à la télé. Ni non plus qu'elle fête ses nonante ans. Vous ne m'en voudrez pas d'avoir été trop personnelle, dites?

Ce reportage est passé dans le cadre de l'émission d'actualité Temps Présent. Le domino de Sierre est présenté vers la 13ème minute environ, en parallèle avec une structure sédunoise et une genevoise qui, elle, n'a pas duré pour des raisons somme toute assez évidentes.

Libre à vous de poursuivre cette petite demi-heure par le reportage suivant sur la scientologie, des témoignages assez édifiants.