Et un ordre du jour très conséquent et écourtée  pour cause de début d'assemblée avec 40 minutes de retard vu l'affluence [30' à Zinal-Sorebois], raison pour laquelle nous n'évoquerons ici que l'essentiel ou les temps forts en attendant la mise en ligne du rapport des actionnaires. Pour en connaître le détail, un seul conseil: devenez vous-même actionnaire si ce n'est déjà fait. ;-) Remarquez, vous en avez désormais l'occasion car, dans le cadre de la construction du téléphérique, une souscription pour l'augmentation du capital-actions est d'ores-et-déjà lancée. [v. assemblée de Zinal dans prochain billet]

La saison 2011-2012 ne laissera pas de souvenir impérissable. Tout comme à Zinal [article Nouvelliste dans prochain billet] ou à St-Luc [annexe]. Il a en effet beaucoup neigé durant le gros des vacances de fin d'années, alors que la station affichait complet, puis les week-ends furent maussades en janvier. En février, les médias ont inutilement décrié les basses températures qui sévissaient au point d'apeurer le vacancier. Le franc fort, la crise européenne et la concurrence étrangère nous empêchent toujours de skier en long.

Nonobstant ces freins - des stoppers dans le jargon - une belle éclaircie à fin décembre nous a offert de battre le record de fréquentation de tous les temps en une journée, soit le 28 décembre 2011, avec 4'278 visiteurs qui ont emprunté la télécabine!

Mais le retard accumulé les premiers jours ne s'est pas rattrapé, le chiffre d'affaires est en baisse de 7%, soit une baisse de Fr. 600'000.-. Le chiffre estival, lui, s'élève à moins de 4% du chiffre d'affaires total.

Les charges d'exploitation, en regard des frais élevés d'entretien et de sécurisation des pistes cette année [7 m de neige pour une moyenne de 4,6 m et gueules de baleine, glissements de neige dus à la masse et au sol non gelé] et en tenant compte d'une semaine d'exploitation en moins [rappelez-vous, la saison précédente s'est terminée le 1er mai!], ont été maîtrisées puisqu'elles ont même diminué. Détail suit dans le rapport aux actionnaires.

Autre chiffre d'exploitation sorti au hasard de la présentation avant de vous renvoyer à nouveau au rapport: la salle Orzival, la partie servie du restaurant de Bendolla, a dépassé la barre des 5'000 couverts. Comme quoi la qualité s'apprécie.

Outre l'achat d'une nouvelle dameuse et la sécurisation accrue des pistes, en l'occurrence au-dessus de la Tsarva, les cabines de Grimentz-Bendolla seront changées avant l'hiver. Leur entretien devenait nécessaire/remise en état et aurait coûté plus de la moitié de la somme d'un remplacement pur et simple d'ailleurs intégré dans le projet du téléphérique. Les nouvelles cabines permettront d'embarquer 12 personnes et n'auront plus le pilier central. Elles réduiront les files d'attente en période de grosse affluence en passant de 1'600 à 2'00 personnes à l'heure.

Il a beaucoup été question du projet de liaison sur ces pages. La question du financement a elle été traité dans un article du 4 Saisons d'Anniviers dans sa dernière édition de juillet, en page 38.

3 commissions ont été mises sur pied pour mener à bien ce projet:

La commission finances: s’est principalement occupée de la recherche du financement et de la préparation, en collaboration avec les notaires, des documents qui devront être approuvés par les A.G. pour concrétiser la fusion.

La commission construction: chargée de finaliser le dossier de demande de concession et d’autorisation de construire. Elle a également préparé, avec les bureaux d’architectes et d’ingénieurs, les plans et la mise en soumission des travaux.

La commission organisation: mise en place en cours de période, a étudié la future organisation de la Société fusionnée : règlement de fonctionnement du Conseil d’administration et du Comité de direction, organigramme et politique salariale.

Et l'initiative Weber, dans tout ça? Comme le directeur de la société de Zinal, Pascal Bourquin, le laissait entendre dans une interview de Canal9 dernièrement, elle n'a que peu d'influence dans tout cela car, dans la recherche de financement, les banques ont cautionné notre projet de liaison. Différer la construction du téléphérique? Le Conseil d'administration s'est en effet posé la question et ont analysé tous les facteurs:

- Les recettes et le cash-flow des deux sociétés en diminution. Cette baisse est générale en Suisse.
- La situation économique et la crise qui sévit dans les pays européens.
- Les projets de développement de la station qui  marquent le pas.
- Les coûts de construction en hausse, après la mise en soumission.
- Les incertitudes qui demeurent quant au fonctionnement de la future Société fusionnée.
- La nouvelle politique d’aménagement du territoire préconisée par la Confédération

Décision a finalement été prise de débuter les travaux car:

- Un report n'aurait fait que différer les problèmes et renchérir le projet.
- Il a également estimé que ce projet était la meilleure réponse à apporter à la morosité économique.
- Il permet de redynamiser les eux sociétés ainsi que toute la Vallée.
- Il s’agit d’une chance unique à saisir qui ne se représentera plus.
- Si les travaux n’avaient pas commencé avant la saison estivale, l’ouverture de l’installation en décembre 2013 ne pouvait plus être garantie.

Les comptes présentés par le directeur Yves Salamin ont ensuite été approuvés et déchargés. Yves a chaleureusement été remercié par l'assemblée. Avec la fusion et d'entente et de concert avec le directeur de Zinal, Pascal Bourquin, à l'aube de la retraite, il officiera une année encore en tant que directeur adjoint.

Après la décision d'utilisation du bénéfice, nous sommes passés à la nouvelle répartition du capital-actions après fusion puis à la décision d'augmentation du capital-actions de Fr. 100'000.- avant de fusionner et pris sur le fond de réserve spécial des RMG afin de faciliter l'échange de capital, le nouveau capital avant fusion étant de Fr. 11'600'000.- alors que l'addition des deux est de Fr. 11'500'000.-.

Vote unanime.

Tandis que Zinal venait de les voter à l'unanimité et, chez nous, après les présentations rondement menées des 3 commissions par leurs responsables ainsi répartition - but - raison - mode de fusion etc., nous sommes passés aux décisions:

a) Fusion des sociétés de remontées mécaniques de Grimentz SA et de Zinal SA

b) Approbation du contrat de fusion.

Avec une seule abstention, nous supposons que la personne de langue étrangère n'a pas tout très bien saisi, nous avons frisé l'unanimité pour l'acceptation de ces décisions.

Il était désormais temps de prendre la route pour Zinal, lestés d'une pomme distribuée à la sortie en attendant la signature de l'acte de fondation qui scellerait cette assemblée historique. Nous étions donc, en attendant ce transfert, dans un nomansland sociétaire. ;-)

Suite à Zinal au prochain épisode.

Pour iDevices:

RMG - la dernière du nom