Allez savoir pourquoi, certains soirs, vos talons doivent impérativement marteler le sol. Faire le tour du village y suffit à peine jusqu'à ce que votre corps se redresse enfin, pas après pas, et que les pièces du puzzle se reconstituent jusqu'à ce que tout devienne irréel.

Il faut dire que le décor s'y prête et que l'air pur détend.

C'est comme ça chaque soir de gros temps, cette envie d'arpenter sans rentrer. Parce qu'il fait plus doux?