Du paysage idyllique aux travaux et aux jours, les jours se suivent et se ressemblent. Ou presque. On a cessé toute estimation centimétrique du manteau blanc. C'est devenu lassant. On ne s'émotionne plus à la vision ou l'annonce d'un empêtrage des routes, d'une annonce de fermeture. On patiente en attendant le déblaiement des places. On se résigne sans broncher à l'idée de ressortir la pelle. Et cette mode étrange, façon chinoise ou nord-coréenne mais bien alpine, qui nous vêtit tous de pied en cap de bon gros vêtements étanches. C'est drôle et pratique, mais faudrait pas qu'ça dure quand même!

Au milieu de tout ça, nos activités se poursuivent. La voirie déblaie. Le bus transporte, la poste livre, nous on bosse et les touristes skient ou se baladent. Tout va bien dans le meilleur des mondes...

Et il continue toujours de neiger. Petites impressions d'automne [jusqu'à demain, pardon, jeudi!], après quoi, le soleil reviendra peu à peu. 8-)

ou [pour iDevices]

Lorsque paysage idyllique se confond avec des travaux et des jours