3 pistes, 2 terrasses, 1 super soleil, de la neige juste ce qu'il faut comme prétexte et la journée est déjà écoulée.

Les conditions de hors-piste laissent à désirer, comme le fait remarquer avec son inimitable accent le touriste interrogé à la télé hier soir.

Il faut dire que personne n'en revient de l'automne que nous traversons. Accident climatique on l'espère, n'ergotons pas aujourd'hui. Quoique... ce n'est pas sans une pointe de mauvaise conscience [que nous réserve l'avenir?] que l'un effectuait les premiers tests de son nouveau matériel, l'autre se refaisait chevilles ou mollets, engoncé dans ses chaussures, un troisième flânait nonchalamment d'un virage à l'autre, le visage offert au soleil. Sans oublier tous ces petits acharnés du ski qui tournaient inlassablement sur le télésiège du col, vêtus d'uniformes colorés et l'inscription de leur team dans leur dos.

Tout ceci grâce à une bande blanche, un peu bleue sur le sommet, qui se ramollit un peu face au sud - de la neige d'automne, nous a-t-on dit - un travail de titan qui, au-delà du buzz publicitaire, nécessite sans aucun doute de bons calculs de masse et de la concentration au travail pour le damage.

L'ambiance des retrouvailles balançait entre été et hiver, entre chaud et froid, entre l'ocre des près brûlés et l'azur bleu du ciel.