Drôles de conditions d'enneigement pile l'hiver d'une très longue saison, le matraquage des médias à propos du manque de neige ou des risques d'accidents [ce qui s'est révélé faux, d'ailleurs], la crise européenne et le franc fort, tous les éléments se sont ligués contre nous. D'autant que l'été précédent n'a pas été des plus beaux non plus. Mais les employés des remontées se sont donnés une peine immense pour nous donner accès aux pistes supérieures dont les conditions ont été optimales jusqu'en fin de saison. Tant et si bien que, malgré la difficulté, le chiffre d'affaires de l'année écoulée à même progressé de 3,9% tandis que celui des restaurants s'envolent à +6% sous la gestion de Paul Epiney [Bendolla et Orzival], de Séverine Borgeat [L'Etable] et de l'influence du soleil d'Anniviers. Au final, les recettes globales frôlent les 9,5 millions de francs soit une amélioration de 4% par rapport à la saison précédente. Ce chiffre constitue le record absolu, si l’on ne tient pas compte des indexations de prix.

L'an 2011 marque un tournant dans l'histoire des remontées mécaniques d'Anniviers. Celui de la décision de validation du projet de liaison par téléphérique. On en a déjà beaucoup parlé, certes. Mais un état des lieux s'impose.

L'année dernière, une rencontre avait été organisée entre les remontées mécaniques concernées par le projet, la commune d'Anniviers et les associations de protection de la nature. Des photos-montages ont alors été présentés afin de démontrer le peu d'impact visuel de l'installation sur le tracé. A l'accord pour le projet s'est accompagnée une demande pour des mesures compensatoires importantes dans la zone du Plat de la Lée, à Zinal. Les mesures de compensation devront faire l'objet d'une convention avec les associations de protection de la nature. Leur mise à l'enquête se fera durant cet été.

Suite à une adjudication, la maison Garaventa l'emporte auprès dans le coeur mais surtout la raison des deux conseils d’administration de Grimentz et Zinal séparément puis réunis sur la base des critères soumis, du prix et des conditions de paiement, de son expérience et d'un système de sauvetage redondant approuvé par les autorités des transports [OFT].

Entre-temps, la commission "Technique et Construction" des deux conseils [l'autre commission étant celle des "Rapprochement et Finances] s'est régulièrement rencontrée avec le bureau d'architecture Geninasca/Delefortrie pour peaufiner les projets des gares aval et amont dans le but de garantir une exploitation optimale des installations. Pour assurer la démarche et la suite des autorisations nécessaires, un dossier-test déposé à l'OFT au printemps.

Le plan de quartier mis à l'enquête à fin octobre 2011 avait d'ores et déjà été avalisé par l'assemblée primaire anniviarde de décembre de la même année. Remis à l'enquête sans plus d'opposition, le dossier final a finalement été transmis à l'OFT pour être distribué en 18 exemplaires aux services du canton du Valais!!!! Ceux-ci ont transmis leurs préavis à la Commune qui a donné suite à certaines réserves. Le dossier a été homologué par le Conseil d’Etat le 22 juin 2011.

La mise à l'enquête est maintenant attendue pour fin juillet. Moyennant une bonne série de démarches administratives dont une demande de mise en chantier anticipée, les travaux devraient durer 1 année et demi. Avec comme objectif, mais sera-ce réalisable?, une ouverture pour décembre 2012.

fdsljfldsl
Cliquez pour plus de détail

Une liaison sans fusion des deux sociétés de Zinal et de Grimentz serait quasi impensable, trop compliquée à gérer et chacun y perdrait des plumes. Il semblerait que les actionnaires de Grimentz après ceux de Zinal l'aient parfaitement admis. Ils n'ont été que 8 à manifester leur mécontentement pour une 10aine d'abstentions.

Résultat de la commission "Rapprochement et finances". Suite à des évaluations financières, techniques et foncières, la valeur de la société de Zinal s'établit à 40% pour 60% celle de Grimentz. Le rapport de la valeur nominale actuelle s'établira à 2 actions pour Zinal et 3 actions pour Grimentz pour atteindre un capital-actions de Fr. 11'600'000. Le coût et le financement de la construction du téléphérique se structurent de la manière suivante:

tableau

L'année prochaine, les deux assemblées des actionnaires se rencontreront en juillet pour approuver les derniers comptes de célibataires des sociétés et prendre les dernières décisions relatives à la fusion. Ça, ce sera le matin.

L'après-midi de cette même et mémorable journée, les deux assemblées d'actionnaires se retrouveront ensemble pour décider de la création de la Société des Remontées Mécaniques de Grimentz et de Zinal S.A. et de l’augmentation du capital.

Une fois la réalisation de la fusion achevée, il sera alors grand temps d'attaquer les entreprises de rénovation des anciennes installations sur la base des plans antérieurs des sociétés de remontées mécaniques, comme la partie gauche du domaine de Grimentz et, à plus longue échéance, le renouvellement de concession du téléphérique de Zinal qui pourra alors se réaliser dans la sérénité.