Jusqu'ici c'est normal, cela fait partie du climat marsien sur Terre. Tout le monde a la crève, mais tout le monde est joyeux parce que c'est quand même le printemps. Allez comprendre.

Ces éléments ont-ils pourtant participé au drame qui s'est joué dans notre vallée?

En prenant la route ce soir-là, on y discernait comme un petit quelque chose de pas très anodin, d'inquiétant.

Aux repères habituels en bordure de route se substituaient des espèces de bornes camouflées, style sacs de fourrage à bétail. Pourquoi la voirie s'amuserait-elle donc à économiser nos impôts de pareille manière?

Sans compter la nouvelle signalisation à l'entrée du village avec deS panneauX à 60 [...km/h, pardon - petit rappel d'antan ;-) ].

A quoi on ajoute la fameuse histoire des barrières à chasseurs...

Non, décidément, les routes de montagnes ne sont pas à la portée du simple distrait, du revenant des pays plats [parce qu'ils ont parfois la tête blanche d'un trépassé en arrivant au village par tant de contours escarpés] ou du client optionnel au frein à main.

Et ce n'est pas faute de l'entretenir, bien sûr, d'y avoir travaillé d'arrache-piedS pour nous refaire la nôtre tip top et surtout pas de l'avoir complètement fermée pour encore mieux nous la bichonner, d'avoir même élaboré des solutions inédites pour abriter l'entrée de notre tunnel.

Des solutions inédites pour éviter les mésaventures.

Mais on a pas pensé aux automobilistes eux-mêmes... Les seuls endroits qui ne soient pas encore protégés, bardés de sécurité, bétonnés, ensemencés, râtelés, grillagés, indiqués, marqués - et j'en passe - profitent au premier venu pour nous exécuter un joli saut de l'ange:

Rocambolesque. Et l'ange alors?

Que croire ou ne pas croire en ce jour de sushi atomisé? A moins d'être du coin, dur de démêler le bon grain de l'ivraie dans cette histoire, n'est-ce pas? Aller... planez pas trop longtemps quand même... ça fait plutôt mal à l'atterrissage.