Le chat lové se dresse d'un seul coup. Lui et moi pétrifiés, nous écoutons la terre trembler, la maison craquer, l'appréhension rivée à l'estomac, le fauteuil absorbe un mouvement qui n'émane pas de nous [puisque nous sommes pétrifiés]. Comme d'hab, jamais préparés à l'éventualité d'un séisme pourtant évidente et naturelle dans la zone à risque que nous habitons, la question surgit soudain: "par où pour être sûr d'en réchapper???".

Inutile de bouger, pourtant. La table comme la porte sont à l'autre bout de la pièce. A peine le temps de se lever que, si tel devait être le cas, le toit nous serait déjà tombé sur la tête.

Du coup je reste là, tandis que la bête en profite pour se dégourdir les pattes.

Finalement, rien de grave, l'onde passe, la maison est toujours là, bien droite. Encore une minute pour reprendre son souffle et les réflexes reprennent le dessus, le besoin irrépressible de communiquer. Un tweet [communication sur le net], une rapide recherche sur le web, les infos, des réactions d'internautes quasi instantanées. On est fixé. 20h48 UTC, 3,4 sur l'échelle de Richter, épicentre, Sierre:

La curiosité reprend alors le dessus, tentant de chasser l'émotion qui tenaille encore pour quelques minutes. On fouine, on analyse:

Puis on clique sur Welt...

Et là, on se dit qu'on ferait bien de se remettre rapidement de ses frayeurs par respect pour d'autres! 8-O

C'est le moment que choisit le chat pour reprendre sa place en ronronnant.