C'est ainsi que, mes tantes et moi, nous retrouvions attablées en ce magnifique dimanche d'août pour un repas de midi de derrière les fagots, histoire de se chauffer la voix et de se dérouiller l'esprit pour ce fameux rendez-vous de l'après-midi.

A l'heure dite, Gertrude et moi accueillions sur un air à peu près faussement décontractées notre journaliste, David Glaser. La thématique, le web tissant sa toile entre les générations.

La septantaine engagée, Gertrude s'était mise sur internet avec enthousiasme il y a des années déjà. C'est ainsi que nous avons, un mail après l'autre puis en partageant des intérêts communs sur des sites thématiques, appris à nous connaître et à nous côtoyer. Des habitudes s'installent, des codes se créent. C'est sans doute parce qu'elle est à l'aise sur ce sujet qu'elle a accepté sans difficulté.

Ces sites thématiques qui nous rassemblent n'ont en effet rien d'effrayant et ne contiennent ni hiéroglyphes, ni théorèmes, ni langage codé de quelque sorte. Le web est le simple reflet de notre quotidien et peut rester très accessible. Il ne faut ici pas confondre une technologie que peu d'entre nous maîtrise et son contenu que chacun utilise selon ses intérêts.

Les deux plateformes [tout bêtement site web] dont il est régulièrement question dans le reportage Mix-Âge de David de la RSR sont :

www.notrehistoire.ch: on en a déjà parlé ici. Il permet de balancer de manière assez simple des documents - images, textes, séquences radio et films - sur ce site en visant une sauvegarde de documents anciens ou plus récents. Les documents que Gertrude, Michel [qui ainsi a gagné le prix 2010 de l'Illustré!], Patricia ou moi-même [et beaucoup d'autres] y glissent sont visibles par tous. D'ailleurs, notre reportage Mix-Âge évoque l'émission Fête comme chez vous, enregistrée en 1973 à Vissoie avec Léo Dévanthéry et Michel Dénériaz. Sacrés souvenirs, non?

www.genoom.ch: est un site web auquel on a accède en s'enregistrant. On y construit un arbre généalogique. Seules les personnes qui figurent sur un arbre ont accès à toute l'information relative à leur famille: personnes, dates, photos, bio, documents et toutes les informations de lieu de vie qui aura complété le profil des personnes de l'arbre. D'où l'utilité d'un accès contrôlé. Gertrude s'est lancée dans cette aventure à tête perdue et a aujourd'hui introduit plus de 700 personnes dans notre arbre, en remontant loin parmi nos ancêtres. D'autres s'y sont aussi mis avec frénésie, si bien que mon arbre [exemple] compte à ce jour:

et ressemble en gros à cela [zoom sur environ 0,01% de ma parenté] *

Si notre journaliste s'intéressait d'abord a aborder le sujet sous l'angle du premier site évoqué, il s'est vite rendu compte que c'était un peu court. L'expérience vécue avec Patricia en est la preuve.

Patricia est d'origine lucquérande. Elle a un jour posté une photo sur Notrehistoire qui m'a vivement interpelée. Il s'agissait de mes grand-oncles maternels. La discussion s'est alors engagée entre elle et moi et j'ai tout de suite cherché le moyen de la retrouver dans mon arbre généalogique. Patricia est une Pont de St-Luc de par sa mère. Ayant des origines lucquérandes par mes deux parents, c'est du côté maternel [Vouardoux, Rouvinez, Zufferey puis enfin Pont] également que nous avons trouvé notre lien pour remonter jusqu'à Pierre Pont, celui de l'hôtel de St-Luc, notre ancêtre.

Je vous passe les détails. Retrouvez notre interview, Patricia comprise, dans le fichier en annexe en cliquant sur le petit triangle bleu.

Bref. Tout ça pour vous dire qu'entre un site ou un autre auxquels on ajoute encore Facebook and co, on en apprend tellement sur sa vallée!!!

Au-delà de ces exemples précis, c'est toute une communauté qui se soude et échange. Ici, la surprise ravie d'une vieille dame lorsque tout le monde s'arrête pour lui souhaiter bon anniversaire au village [Genoom nous informe quotidiennement par e-mail]; là, des heures passées au téléphone avec un entrepreneur à peine connu intéressé par un projet; à chaque occasion festive, des heures autour d'un verre à évoquer un souvenir dont le point de départ est un document excavé ou une lignée, à mieux comprendre notre passé et nos liens. La foire aux anecdotes.

Pour moi, tout cela va plus loin encore, puisque de nombreux sont ceux qui viennent me taper sur l'épaule pour me faire part du lien - familial ou d'intérêt - qui nous unit. C'est beaucoup de rencontres et des échanges de mail qui prennent beaucoup de temps à côté de celui passé à écrire sur ce blog. Que ça ne change pas c'est super!

Enfin, voilà quoi. Nous n'avons traversé aucune guerre décimatrice et descendons pour la plupart de familles bien ancrées dans un paysage qui a peu évolué. Par ailleurs, même nomades, on n'est aujourd'hui plus complètement déracinés, ce que certains parmi vous nous confirmeront sans doute. Grâce à quoi?


* Ce site généalogique vous intéresse et vous ne savez pas si vous figurait sur l'arbre? N'hésitez pas à me contacter. Il est aussi possible de fournir à qui ne fait pas partie d'un groupe, un accès qui leur permettra de voir une version simplifiée de l'arbre. A dispo.


PS. L'histoire de l'émission radio s'est terminée comme il se doit, avec toute la smala autour d'un apéro bien valaisan. :oui: