En fait, cela remonte à jeudi dernier. La surprise fut de taille lorsque votre bipède favori amorça la descente vers la salle communale de Vissoie en papotant avec des dames de la vallée. La salle qui s'ouvrit alors à nous était bondée.

Passée la première surprise et après un rapide topo [aperçu, je sais même pas si c'est une expression locale :-o ], je repérais une place vacante. Au premier rang, bien sûr.

L'homme qui prit la parole après avoir été introduit par Patricia Chardon le fit avec une aisance digne d'un homme de métier. Metteur en scène, il expliqua alors la pièce, sa vision des choses et la manière d'y procéder. L'assemblée buvait ses paroles, seules les mouches accompagnaient le son de sa voix et ponctuaient son accent médiéval [ndlr. une façon de parler parce qu'il fait si cru dans cette salle que ça fait longtemps que plus aucune mouche n'y barbote].

Homère, Iliade, d'Alessandro Baricco

L'Iliade chante cinquante et un jours de la dernière année d'une guerre de dix ans qui prend fin avec la conquête et la destruction de Troie. Elle chante des dieux, des hommes et des héros, inoubliables dans la colère et l'ambition, l'audace et l'ingéniosité, la vengeance et la pitié, prisonniers des frontières d'un éternel champ de bataille.

À partir d'une traduction moderne, Alessandro Baricco a concentré et ramené la matière première du texte à vingt et une voix dont la dernière, celle de l'aède Démodocos, raconte la fin de Troie ; les personnages d'Homère sont invités sur la scène - les dieux laissés au second plan - pour raconter, avec des accents très contemporains, leur histoire de passion et de sang, leur grande guerre, leur grande aventure.

Or, loin des scènes de guerre, tout est à construire entre le metteur en scène, Giorgio Brasey, et les personnages qui participeront au spectacle. Par petites touches, on élaguera, on interprétera, on construira. Que restera-t-il de l'histoire? C'est la surprise qui nous sera réservée pour le printemps prochain.

Les 21 personnages sont essentiellement composés d'hommes. Et tous les hommes présents ce soir-là ne fourniront peut-être pas le vivier nécessaire pour remplir l'entier de l'action. Alors, avis aux amateurs, il y a encore de la place!

Malgré tout, chacun - hommes et femmes - est invité à se joindre aux Compagnons de la Navizence, ne serait-ce que pour la confection d'un élément de décors, d'un repas de répétition ou faire valoir ses talents d'éclaireur.

La grande aventure débute lundi prochain le 6 spetembre!


NB. Vos questions et commentaires seront volontiers relayés.