C'était aussi l'époque des projets pharaoniques.

Première décade du XXIè siècle, on repart pour un tour. A Grimentz plus précisément, un promoteur à l'argent facile et aux projets d'envergure surenchérit de manière édifiante tout ce que nous ne pouvions nous-mêmes réaliser en un temps imparti. On se rappelle comment on se grattait la tête, se demandant si vraiment notre vision n'avait pas jusque là tout bonnement été timorée, confinée...?

Mais le couperet tombe rapidement. Et sèchement. Un moratoire cantonal du jour au lendemain totalement restrictif, un promoteur en déroute, des retards de travaux, etc.

Aujourd'hui pourtant, tout avance bon train. Les gros chantiers se terminent gentiment, tandis que d'autres prendront forme de manière plus raisonnable. On attend toujours des nouvelles des bains, qui semblent nécessiter un délai supplémentaire d'une bonne paire d'années pour trouver son financement, et on se réjouit de la prochaine AG des RMG pour reparler de la liaison par téléphérique entre Bendolla et Sorebois.

On vous passe les détails, l'immoblog a consacré tant de billets à tout cela!

Si Grimentz n'est, dans notre vallée, pas le seul village dont le visage a beaucoup changé ces dernières années, il n'en demeure pas moins qu'il sert joyeusement d'exemple à toutes les conversations.

Qu'on soit contre et qu'on décrie ou qu'on y trouve du bon pour maintenir le cap de l'évolution, on n'en finit jamais de démolir. De là à prétendre qu'on a fait tout faut ne relèverait que d'une mauvaise volonté évidente dans le seul but de nuire. A proscrire.

Car désormais, nous ne visons qu'à construire.

Oui, à l'initiative de notre nouvelle commune, une commission se réunit pour dépasser la critique facile et pour rechercher des solutions. Elle est accompagnée dans sa démarche par des membres d'Altitude 1400 de la part de qui on demanderait même une certaine provocation dans le but remuer le bâton dans la fourmilière afin d'aboutir sur une réflexion riche et positive pour notre vallée. Car cette commission se donne pour but de définir notre politique d'aménagement du territoire pour de nombreuses années à venir.

  • Des zones d'habitation sur-dimensionnée, un territoire mal exploité, mité, Altitude 1400... Une situation de départ, des acteurs. Malgré le titre un peu provocateur du Temps, l'article de Xavier Filliez pose sobrement le décor. [annexes: Valais mité, par Le Temps]
  • Le Nouvelliste sous la plume de Pascal Guex évoque la réflexion d'Altitude 1400 par son exposition itinérante sur la question. Exposition qu'on retrouve sous sa forme virtuelle, où tout le monde en prend pour son grade. [annexe: Valais mité, par Le Nouvelliste]
  • Et la RTS parle de nous, Anniviers, par la voix suave d'Alexia Philippoz, qui souligne de manière positive la volonté d'avancer des régions. [annexe: Anniviers et son aménagement du territoire]

Foin de blabla pour aujourd'hui. Nous nous en tiendrons à cela, nous y réfléchirons plus concrètement une autre fois. De toute manière, ce jeudi est fête en Valais. Pas une raison pour bosser, quand même...!