Ses souvenirs vécus de la fusion sont dignes d'un prélat, emprunts de mansuétude. Il relève l'honneur de chacun dans l'adversité à l'heure décisive des résultats. A croire que toute la campagne a été menée, même au bistrot, dans le respect de l'autre. Enfin... c'était presque ça, on dira. :twisted:

Il est bien, ce curé Dubosson. Il avait même fini par me reconnaître et me saluer avec cordialité dans la rue, alors que mon assiduité pour la pratique religieuse n'incite en aucune manière à de si aimables sourires. Du coup, on ne s'avancera pas trop en assurant qu'une page se tourne et que la vallée regrettera à son départ car nombre de paroissiens avaient lié des liens très étroits avec Monsieur le Curé Dubosson.

Et avec lui une continuité paroissiale à redéfinir, puisque la relève n'est plus assurée...

L'article en annexe, lisez-le, c'est joliment dit et écrit! Quant à moi, je m'en vais vénérer Morphée.