Si Florent ne figurait pas sur la photo de famille des mérites sportifs anniviards, l'année dernière, c'est un peu par hasard, affirme-t-il. C'est parce qu'il préfère attendre d'avoir fait ses preuves dans une grande compétition, glisse son père. En tout cas, Amaury et lui partagent les mêmes bancs d'école, bien que Florent lui prête un meilleur niveau de compétition. Une modestie bien peu grimentzarde...

Les deux jeunes sont internes dans une école de sport-étude à Brigue, le centre national des sports de neige [HSK, comme dit Florent en bon haut-valaisan]. Fondée par le célèbre Pirmin, cette école régate avec celles d'Engelberg et de Davos. Les prochains centre de formation, et pas des moindres, se trouvent en Autriche.

Of course, les notes scolaires pour avancer sont une condition sine qua non et Florent masterise, même si la suite du programme s'annonce plus difficile, souffle-t-il. Alterner étude [lundi et mardi l'après-midi, le reste du temps le matin] avec une demi-journée de sport demande, on l'imagine, un équilibre certain. C'est sans compter que les sportifs-étudiants s'envoient de longues périodes axées essentiellement sur les courses au point qu'ils en oublieraient d'étudier! C'est le cas durant les 3 premiers mois de l'année, une étape intense de leur formation.

Si les élèves-compétiteurs concourent parmi les portes, ils doivent d'abord courir d'une destination à l'autre, de la Suisse à la France ou en Italie. Il était en France lorsque l'immoblog a réussi à le stopper net quelques minutes et lui coller l'oreille au natel [appellation suisse d'un objet technologique servant à la base à téléphoner tout en vadrouillant partout ailleurs dans le monde] quelques instants.

Les 'tits suisses de Swiss Ski sont divisés en 3 zones dans leur domaine de compétition: est, ouest et mitte. La division ouest mêle allègrement suisses de langue allemande et suisses de langue romande. Du coup, pour Florent et Amaury sur les bancs d'école, les cours des branches principales sont donnés en français. Pour le reste, ils tâtent de la langue de Goethe auquel on ajoute un zeste d'accent des rocailles [c'est pas lui qui l'a dit, il aurait sans doute pas osé].

Très élitiste, la classe est assez petite et ne se compose que d'une quinzaine d'éléments.

C'est un brin amusé que Florent a tenté de faire entendre à mes neurones la manière d'interpréter une progression à l'aide de points FIZ FIS [m'ci Pierre]: si Didier Cuche en a 0, Florent en était alors à 96 lors de notre coup de fil et son objectif de fin de saison visait le 80. Il lui restait quelques courses et finales. Puis il y eut la chute.

S'il atteint son objectif, Florent évolue dans un cadre supérieur de l'équipe. S'il échoue, il pourrait continuer ses études, mais plus le sport. Selon sa progression, il pourrait théoriquement faire partie de l'équipe suisse de ski l'année prochaine déjà. Ou dans 3 ans seulement, à chacun son rythme.

En tout cas, la session d'examens scolaires de fin d'année ne semble pas trop l'inquiéter. Normal, ses parents le sont pour lui. (desespoir)

En fin de saison, finalement, Florent se dit satisfait du but atteint. Il n'a pas le 80 FIZS espéré, mais le cas fut similaire pour tout le monde car les conditions de neige ne le permettait pas et l'échelle a dû être adaptée en conséquence.

Son année sportive sur les pistes s'achève ainsi. Trois semaines de pause pour retourner sur les bancs d'école et rattraper certaines matières, puis reprennent les entraînements physiques avant de remettre les skis, début juillet, sur les glaciers!

Qu'on ne lui parle pas de grandes vacances. Les siennes se résumeront à une ou deux semaines, sans doute, avant de profiter de sorties spéciales - Val d'Isères, les Deux-Alpes ou Tignes et pourquoi pas le Chili? - pendant que nous...

Florent et Amaury à ski, comme David, Augustin, Jérôme et tous les autres dans leur discipline, ces jeunes hommes ont chacun une vision très claire de leur avenir et de leurs ambitions. Ils ont le mérite de lutter chaque jour de tous leurs muscles, de tout leur mental pour faire de leur rêve une réalité un jour pas si lointain palpable.

Gardons un oeil sur chacun d'eux et encourageons-les à persévérer! :ok:

  • Photo 1: Florent en pleine action
  • Photo 2: Florent aussi en pleine action!