Vous savez tout ce qui a été porté à notre oreille - ou presque - à propos de l'antique projet de Super-Grimentz. La mégalomanie de cette époque aidant, on n'arrive tout de même pas vraiment à imaginer de quelle manière ce projet aurait pu se concrétiser et quel impact il aurait eu sur la nature environnante. Que les Lucquérands se rassurent! Peut-être ont-ils souffert à la vue de Grumentz et sa plaie des Flives béante, ces derniers étés. Plaie qui cicatrise peu à peu. Par chance, le pire a pu être évité.

En orange sur l'illustration que vous pouvez agrandir, l'essentiel des lieux qui participent à la compréhension et au soutien du projet planifié, mais jamais réalisé.

Et le bonus en jaune de l'immoblog: à défaut, ce qu'on n'a en tout cas pas perdu dans l'aventure, ces magnifiques clairières et forêts au milieu desquelles se prélassent nos mayens.

On les a en principe toutes nommées et tâché de les placer correctement. Dans l'espoir que ce billet ne soit que le début d'une longue balade à hauteur d'alpages, on vous laisse découvrir la région en image.

NB. Cliché thérapeutiquement tout à fait indiqué, lorsque l'automne fut venu, une brume mordante et grise vous saisira cruellement pour de longs mois tristes. L'étude de la "carte" alors vous aidera à reprendre quelques couleurs. Foi de l'immoblog. 8-)


PS. Entendu parlé d'un Super-Chandolin... Or, tout ceci n'est que rumeur pour mes petites neurones. Sauriez-vous m'en dire plus à l'occase?