Chaque village possède sa « société de village » avec ses 3 chefs qui organisent la fête patronale, l’animation du four banal, s’occupent de l’entretien des bâtiments de la société.
On compte aussi la société des Fifres et Tambours « La Gougra », active dans les différentes fêtes organisées sur la commune telles que le 1 août, les différentes fêtes patronales, ainsi que la Fête Dieu. Celle-ci est membre de l’Association des Tambours et Fifres du Valais Romand et participe au festival annuel, qu’elle a déjà organisé à trois reprises (1976, 1990 et 2004).

Dans ma commune, comme dans les autres communes d’Anniviers d’ailleurs, plus des 2 tiers des citoyens ont soutenu la fusion. A partir du 26 novembre 2006, la décision étant prise, tout le monde tente de faire le maximum pour mener à bien notre nouvelle entité Anniviarde. L’ambiance dans la commune en vue de ces futures élections commence à monter un petit peu. De plus en plus de personnes s’intéressent, viennent aux nouvelles, se renseignent petit à petit sur les candidats, discutent dans les bistrots et font état de leurs préoccupations. La population de St-Jean veut s’impliquer dans cette future mise en place de la commune, pour y être représentée, pour donner sa vision des choses et pour faire du mieux possible pour participer à sa construction. On le voit simplement sur les listes des différents partis qui nous proposent trois candidats de notre commune.

Il est vrai qu’en tant que fils de candidat, je me sens particulièrement impliqué dans ces élections. Des élections, qui sont tout de même un événement unique. Un événement dont on parlera encore pendant plusieurs générations. Je ne partage pas l’idée que le fait d’être jeunes, nous empêche de nous intéresser à la politique. Nous avons notre mot à dire et cela commence par se rendre au bureau de vote le 12 octobre. Nous n’avons pas forcément besoin de nous identifier à un parti, mais nous pouvons choisir les personnes qui vont créer cette nouvelle commune.

Cette nouvelle commune est pour moi une suite logique de tous les rapprochements entre les différentes communes depuis les années 70 jusqu’à nos jours. C’est un des seuls moyens de pouvoir encore avancer dans notre petite vallée et arriver à gérer le maximum de problèmes avec des solutions plus efficaces et certaines fois avec plus de moyens. De plus, nous irons vers une spécialisation et une spécification de tous les employés communaux, qui permettra d’avoir des renseignements plus clairs, plus rapides et avec plus de professionnalisme. Je ne pense pas qu’au final beaucoup de choses vont être profondément changées, mais, par contre, beaucoup de petits détails améliorés. J’espère que toute la vallée pourra profiter de cette fusion et pas uniquement les grands villages. Que les petites sociétés ne soient pas mises de côté, mais que tout le monde soit écouté et que la vie en Anniviers devienne encore plus agréable (ça va être dur). Pour nous, les jeunes, je pense que cette fusion est quelque chose qu’on attendait. Grâce au Centre Scolaire, depuis tous petits, nous vivons ensemble, nous allons à l’école ensemble, nous faisons aussi partie de la même équipe de hockey ou de foot, etc. De ce fait, les querelles de clocher ont quelque peu disparu, en laissant bien sûr toujours un brin de malice bienvenue pour une si bonne entente.

Je suppose que cette élection sera plus une élection de personnes et de villages plutôt que de partis. Il est clair que les partis sont très importants dans la vie politique, mais, pour nous, dans une vallée qui n’a jamais eu à faire avec ce genre de pratique, je pense qu’une répartition équilibrée des anciennes communes et la qualité des élus sont des éléments importants pour la construction de notre nouvelle commune.

Pourquoi si peu de jeunes s’impliquent activement dans ces élections en tant que candidats ? La plupart des jeunes veulent vivre leur jeunesse et ne pas se mettre des barrières trop rapidement dans leur vie. Beaucoup de jeunes se cherchent, réfléchissent à leur avenir, à créer une famille, construire une maison, pleins de projets qui paraissent bien plus importants pour eux, que de s’impliquer dans la vie de cette nouvelle commune. De plus, il n’est pas toujours facile de s’apparenter à un parti. L’expérience des « anciens » est bien plus importante à mes yeux que la fougue de la jeunesse pour créer cette nouvelle commune. Encore faut-il pour un jeune avoir les reins solides pour vivre une quasi sûre non-élection et, peut-être, se « griller » en politique.

En résumé, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un vrai désintérêt des jeunes pour la politique, mais plutôt d’une confiance accordée à nos ainés. Nous avons encore le temps d’acquérir l’expérience nécessaire pour nous mettre au service de la population à l’avenir.

Gageons que pour des élections exceptionnelles, une participation, elle aussi exceptionnelle, sera de la partie, soit environ 85% des électeurs.

PS. Les communes


Agrandir le plan