Dans ma vie il y a aussi eu de la politique. Entré au conseil communal en 1973, je l’ai quitté en 1992, en ayant été 4 ans conseiller, 8 ans vice-président et 8 ans président de la commune de Grimentz. De 1993 à 2001 j’ai été député au Grand Conseil valaisan. J’ai également été membre du conseil d’administration des remontées mécaniques et du comité de la société de développement. Actuellement, je suis président de l’étable en consortage de Grimentz, de la Fromagerie d’Annivieres et de la Commission agricole d’Anniviers.

Je dois avouer que j’aime le débat, mais que je suis un homme de consensus et très démocrate. Ayant toujours appartenu à une minorité, j’ai appris à convaincre et à connaître la valeur du bon sens.

Lorsque le projet de fusion des communes d’Anniviers a surgi, je n’étais pas du tout emballé et pour finir j’y étais opposé. Ma position était motivée par des raisons sentimentales : on peut, encore de nos jours, aimer son village, sa commune, sa vallée, son canton, etc, et oser le dire. C’était mes sentiments. Je me suis largement trompé comme le 30% des anniviardes et anniviards, n’en parlons plus et regardons vers l’avenir.

Pour l’avenir de notre vallée, mon vœu le plus cher c’est que de ces élections, ressorte une représentation équitable des six anciennes communes. Sans cela, le futur immédiat de la nouvelle commune partirait sur un mauvais pied. Nous devons ensemble réussir cet important pas politique.

Si j’ai le plaisir d’être élu, tout d’abord, je m’emploierais, avec les collègues de tout bord politique, à mettre en place, de manière équitable, les structures de la nouvelle entité politique. Il est évident que je n’oublierai jamais d’où je viens, (entchè no’ en Grimens) mais je pense qu’à l’avenir l’esprit ouvert et anniviard devra être supérieur à l’esprit de clocher.

A moyen terme, si je suis élu, je ferais tout mon possible pour  :
  • Développer un tourisme de qualité en privilégiant l’augmentation des nuitées et en réchauffant les lits gelés et congelés
  • Reconsidérer les professions touristiques qui sont sur pied de guerre les samedis, dimanches et jours de fêtes telles que l’hôtellerie, la restauration, les magasins de sports, les employés de remontées mécaniques, les petits commerces et tous les autres services
  • Se préoccuper du fait que le sol est une denrée rare et non extensible et que par conséquent il faut l’économiser
  • Donner à l’agriculture un statut qui lui garantisse une existence à long terme, pour déployer ses activités. (fauche, pâture, épandre les engrais de ferme, etc…)
  • Partager avec les autres élus une large réflexion sur l’avenir de cette vallée pour que notre jeunesse ait la motivation nécessaire pour poursuivre le travail de nos ancêtres et vivre en Anniviers.

Cette liste, n’est pas exhaustive, il serait prétentieux de la prolonger.

Je ne puis clore ce billet sans demander à toutes les anniviardes et anniviards à qui il leur resterait une petite place sur leur liste de penser à moi. Merci d’avance !!!

                                                                Genoud Gérard


Gérard sur le site du PLR d'Anniviers.

Les candidats