La possibilité de création de cités de l’énergie [concept de collectivité publique visant à l’autonomie en matière d’énergies renouvelables] pour Anniviers. Chiffres actuels et prévisions d’avenir pas forcément réjouissantes face à la libéralisation du marché, opportunités en matière d’énergie hydraulique, solaire ou biogaz[euse]. Et pourquoi pas éolienne? Mais l’économie d’énergie, c’est avant tout l’ISOLATION. Et beaucoup de «bon sens». :ok:

Le problème des régions dans le cadre de la nouvelle loi sur le tourisme [de retour au conseil valaisan dès la semaine prochaine, le 11 septembre, c’est pas un gag].

L’aide aux familles et à l’installation de nouveaux ménages qui débouche aussi sur les aides au logement avec les exemples de Chando et de St-Jean. Les répercussions sur les aides à la formation supérieure, lesquelles feraient encore un crochet par une politique des transports revue pour les élèves qui descendent en plaine ainsi que le soutien aux sportifs ou musiciens émérites de notre contrée. Ajoutons à cela une évocation appuyée sur les crèches et on fait ici presque le tour de tous les sujets!

L’évolution de la société et aide aux parents en difficulté. Ici, fut rappelée la promesse de la prise en charge des enfants après l’école à l’époque de la votation de l’horaire continu. Il semblerait que cette prise en charge ait été mal embranchée [activités plutôt qu’une étude après la classe] puis abandonnée. Les familles ont l’impression d’avoir été lâchées.

Les répercussions de la TPT [taxe de promotion touristique], qui pénalisent nos entreprises locales face à celles de la plaine. Mais aussi les craintes d’un frein à la construction sachant que 80% des habitants bénéficient des apports du tourisme - directs ou non. On note en passant que 250 personnes actives de notre vallée - sur 2’200 - travaillent en plaine. Il n’en faudrait vraiment pas plus, au contraire. «Créer la richesse avant de la distribuer!», a-t-on entendu clamer. Nos amis socialistes ne rateront certainement le coche le moment venu. ;-)

L’organisation communale et la centralisation - ou non - des bureaux sachant qu’une décentralisation doit s’envisager en fonction des locaux à disposition. Une réflexion sur les meilleures possibilités d’horaires d’ouverture devrait aussi être menée, modulable selon les besoins des villages ou des transports [seuls Vissoie et Grimentz n’ont qu’1 village, donc pas de transport nécessaire pour accéder à son bureau communal].

Les sociétés de villages doivent être soutenues pour encore plus de dynamisme, c’est dans l’intérêt de toute notre communauté, même si l’une ou l’autre avaient avantage à se fédérer. D’ailleurs, certains bâtiments historiques ou publics leurs reviendront.

Les règlements de construction seront harmonisés en respectant les spécificités des villages et des zones. Certaines sont même considérées comme «tabou», comme la protection des vieux villages. NB. Trop adapter ou modifier les zones nous nuirait car notre réserve de zones habitables dépasse largement les exigences de l’état et nous courrions le risque de les voir réduites à nos dépends. L’idée de dévoluer [infinitif de «dévolu»] de bonne zones agricoles aux paysans, d’améliorer leurs possibilités d’exploitation a aussi était évoquée.

Quant aux impôts pour un jeune anniviard, pas de gros changement, notre fusion ne se joue pas sur ce plan.

A propos de la sécurité des zones territoriales et mise à part l’excellent travail des cantonniers pour le déblaiement des routes [hè oui, ça a été glorieusement relevé], on apprend qu’une coulée est bien plus imprévisible qu’une avalanche, les ingénieurs la maîtrise beaucoup moins. C’est pourquoi la question territoriale dans le sens de la gestion des interventions de crise doit être poursuivie, «c’est clair!». Dans le cadre d’une situation de crise d'ailleurs, on se remémore un «magnifique» à l’évocation du projet Zinal - Grimentz car, en cas de route coupée pour Zinal, l’accès par les pistes reste ouvert, ce qui élimine l’affreuse situation vécue par les zinalois en 1999.

Vous le constatez, la population attend beaucoup de ses futures élus, égal de quel bord lorsqu'il faudra s'y coller. Le plus intéressant dans tout ça, justement, serait de pouvoir confronter la qualité des adversaires de tout bord, vous trouvez pas :?:

Quoi qu’il en soit, la même équipe démocrate-chrétienne est en ce moment entrain de s’exprimer au coeur de notre vallée [je fais l'école buissonnière]. Mais 2 séances de rattrapage auront encore lieu lundi le 8 septembre à Grimentz et le mardi 9 à Mayoux. Vous avez des questions pertinentes à poser? Des arguments à confronter? Pas besoin d’être arabe ou hacheur de choux pour cela - ni finalement corse, sicilien, calabrais ou sarde - car c’est le débat qui importe :!:

Ou alors j'ai pas encore réussi à perdre toutes mes illusions.