L'aînée de la fratrie, Olive [flèche jaune], se mariait cette année-là à 21 ans. C'était donc la dernière fois que la famille Salamin transhumait* au complet. On était en mars, en plein Carême, car Valérie et Alice se rappellent précisément du peu de viande qui se mettait sur la table alors. Depuis un certain temps, chacun vaquait donc à ses occupations "en plaine".

Alice avait six ans. Elle se rappelle des habits du dimanche soigneusement préparés pour l'occasion car l'événement est rare, même aujourd'hui, pour réunir tous les membres d'une même famille devant un objectif voué à la postériorité. Valérie, du haut de ses quatorze ans, se rappelle une entrée fracassante à la queue-leu-leu au studio du photographe, un photographe pris de court devant ce "bataillon!" de gosses.

Mais, ce qui se passait dans l'esprit des personnages aux mines presque ahuries, parfois, s'est envolé. Comme l'oiseau à cet instant précis. C'est certainement le calme soudain imposé à tous ces gosses qui a imprimé tant de gravité attentive sur la pellicule [Pssst... pas sur cette image, bien sûr, mais bien sur celle de 1928]. On n'en saura donc pas plus et c'est tant mieux, quelque part.


Salamin's d'époque - 1928
Salamin's d'époque - 1978
Salamin's d'époque - des noms

*transhumer: quitter le village pour 1 ou 2 mois au printemps, quelques semaines en automne, afin de rallier les quartiers anniviards basés sur Sierre pour y travailler les lopins de vigne, etc. Le groupe social s'y reformait, l'école reprenait son cours, le curé était aussi de la partie.