... on ne cerne bien les bêtes [soyons gentils] que dans leur environnement naturel, n'est-ce pas? De gauche à droite:

Simon - Wiget de son grand nom, c'est le big boss, le "p'tit rouquin sympa qui m'a répondu en rigolant" me disait l'autre lors du week-end des Féeries. Nous l'avons évoqué lors de la soirée des bénévoles, mais le temps nous a manqué, cet automne, de vous en parler plus précisément. M'enfin, on perd pas l'espoir en priant pour qu'il ne nous échappe pas trop vite.

Nicolas a, bien qu'il nous prétende avec véhémence le contraire, à n'en pas douter des origines suisses allemandes avec une appellation familiale telle que Luterbacher [prononcer ü, pas ou!]. Simon prétend que c'est l'esclave de la famille otésienne. On peine à croire tant ce jeune homme flegmatique est souriant et aimable quand il nous amène sa floppée d'affiches qu'on ne sait jamais vraiment où coller. Surtout lorsque la haute saison battra son plein.

Valérie - Levrand - sort avec un gars du village, un grand costaud. Et jusqu'au jour où je les ai surpris sur un chemin enneigé à se becquoter, je me demandais comment cela se faisait que cette jeune personne aimait tant la montagne et les petits villages perdus au fond des vallées. Bon, elle a son accent - bien différent du nôtre pour une oreille très très aguerrie - car elle vient de la vallée d'à côté. C'est pas la première "étrangère" qu'on accueille, on tolère avec grand plaisir :-D

Quant à Marie-Paule, on parle là d'un monument indéboulonnable. Pour la petite histoire et parce que Grimentz se sent de connivence avec vous, cher lecteur, voici un portrait de la même Marie-Paule au beau milieu des années septante ou 60+10 [euh, vous voulez pas savoir qui est le mouflet à ses côtés]. En pleine crise d'adolescence sur ce cliché, elle fut instituée 3 ans plus tard à... l'Office de Tourisme où elle y fit son apprentissage. Faut croire qu'elle n'y a pas été trop martyrisée, sinon l'immoblog n'oserait même pas écrire ces quelques lignes [référence].

Bon. Le gilet pare-balle s'impose pour l'immoblog ces prochains jours. Toujours est-il que chacune des images proposées vous offrent un lien direct sur le site de notre village ou www.grimentz.ch. Et si vous souhaitez les atteindre pas téléphone, il vous faut composer le +41 27 475 14 93 puis taper # suivi de la lettre S, N, V ou MP pour obtenir la voix désirée!

Encore une chose. Ne figurent pas sur les photos Paulon et Raphaël car ils travaillaient - eux - sur le terrain à ce moment-là. Peut-être aurons-nous furtivement l'occasion de les piéger une autre fois.

Voilà. Alors, n'hésitez plus à contacter Grimentz et son OT pour tout renseignement cet hiver. Maintenant que vous les connaissez, ils ne mordent pas.