L'immoblog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Vie au village › Portraits locaux

La personne de.... la semaine? du mois? de l'année? Commençons, tout simplement!

Fil des billets

Dimanche, 23 octobre 2011

La chorale de 1938

[Cliquez pour agrandir]

Lire la suite...

Samedi, 18 juin 2011

Les cloches sonnent

Lire la suite...

Mardi, 10 mai 2011

L'une des étapes vers un grand succès

Si l'immoblog, pour raison de collusion d'agenda, n'y était pas, l'écho de l'événement se fit si fort qu'il traversa la montagne.

Il y a, d'année en année, des espoirs Anniviards qui nous font grand honneur et, depuis que toute la vallée s'est mise ensemble, elle s'arrange pour le faire savoir et les remercier. Un encouragement certain pour le développement de dons ou d'efforts couronnés d'un petit succès qui ne peut que devenir grand si ce n'est pour récompensé une longue carrière ou un exploit magnifique.

On y croit ferme pour tous ceux pour qui tout reste à faire et dont les vainqueurs de l'année furent...

Lire la suite...

Lundi, 15 novembre 2010

L'interview coup d'coeur

Lu dans le JDS:

On adore parce que le bonhomme, en plus d'être sympa et chaleureux dans la vie, est réaliste et positif.

Lire la suite...

Vendredi, 1 octobre 2010

Mix-Âge

Comment cela avait-il été si simple de la convaincre? Et quelle aventure, au final!

L'histoire avait débuté une dizaine de jours auparavant. Ou deux semaines, je ne sais plus. Un message pour me rendre attentive à l'annonce d'un journaliste sur un site web. C'est pour toi, me disait-il en insinuant clairement une répartition des rôles. Amusée, j'y répondis sur un ton badin et finis tout de même par laisser un combox sur un numéro de natel... pardon... un message sur un répondeur.

Puis plus rien. Un jour un appel. Grande discussion, rien de véritablement concret. Le hasard d'une autre discussion loin d'Anniviers fit ensuite le reste. Rappel. Le rendez-vous est pris.

Lire la suite...

Lundi, 20 septembre 2010

Le film d'Anthony

Ce soir après une intense période de plusieurs semaines et 2 jours passés à vadrouiller au soleil, la tension est au plus bas [suis tout raplapla (dizzy) ]. Vous me permettrez donc un billet plus léger et au style un peu plus... télégraphique.

Il me faut pourtant vous prévenir.

Il y a tout juste 1 mois, nous parlions d'Anthony qui vit aujourd'hui à Berlin et se complait de manière convaincante dans le cinéma. Au point même de réussir une percée au festival de Locarno.

Lire la suite...

Lundi, 6 septembre 2010

La course dans le sang

Un jeune homme en chasse un autre. Cette fois, on est bon pour la course relais.

Après le Salamin grand frère à la course, le Salamin à vélo, à la course et au ski alpi [pas la même branche], la famille Salamin au Grand-Raid, voici le Salamin petit frère... à la course encore!

Personnellement incapable de différencier Augustin de Jean-Baptiste [pardonnez mon manque d'aptitude en physionomie, ce qui me plonge d'ailleurs régulièrement dans des situations plutôt compliquées], voilà-t-y pas qu'on les voit souvent côte à côte pour l'entraînement. Il faut dire aussi que leur différence d'âge est minime et que, pour faire le suivant, on s'aviserait volontiers de croire que les parents se sont contentés d'en faire un copier-coller du précédent.

Alors si, en plus, ils entretiennent le flou en différenciant à peine leurs intérêts...

Lire la suite...

Jeudi, 2 septembre 2010

Votez Anniviers sur Notrehistoire.ch!

Étonnant. 4 sur 20 pour Anniviers, c'est beaucoup.

4 photos ont été sélectionnées pour concourir dans le cadre du prix du public 2010 [03.09.10: ajouté lien aux pages web du concours] de l'illustré et de Notrehistoire.ch. Je crois qu'on a déjà évoqué ce site sur ces pages. Il s'agit d'une plateforme sur laquelle chacun peut s'inscrire [donc un site participatif] pour y partager des documents. Soutenu par des institutions telle la Fondation pour la Sauvegarde du Patrimoine, des médiathèques, etc. ce site compile allègrement nos archives.

Lire la suite...

Jeudi, 12 août 2010

Amitiés des alpages

Les fonds du vallon de Moiry tel que vous ne l'avez en tout cas pas vu aujourd'hui!

2 raisons à cela:

  • vous n'étiez pas sur place [pas plus que moi]
  • le temps ne le permettait pas [il le faut bien, pour les statistiques]

Ou alors...?

Lire la suite...

Dimanche, 25 juillet 2010

Oh la belle verte!

Oh la belle verte!

L'exclamation si soudaine d'Alain stoppa net tout élan, nous rendant tout soudain muets de stupéfaction. Au-dessus de nos têtes, les feux d'artifices continuaient d'éclater dans un tintamarre de fin d'année.

Dont une traînée verte qui finissait de se désintégrer dans un ciel d'encre.

Interloqués, nous nous sommes regardés. Nous l'avons observé. Son visage hilare s'offrait à nous, joyeux de sa petite plaisanterie, il se moquait de notre hébétude. Ce qui a tout de même fini par nous ramener à la réalité. Nous avions tous cru au miracle l'espace d'une lumière incandescente.

Lire la suite...

Mercredi, 14 juillet 2010

Mais... est-elle vraiment seule avec ses vaches???

Avant l'article, c'est d'abord l'illustration qui frappe au fond d'une page sur laquelle on ne l'attendait pas un centième.

Rachel en toute complicité avec l'une de ses génisses, un sourire franc et chaleureux sur les joues. C'est du tout Rachel le coeur sur la main, inutile d'en dire plus, on s'arrête là.

Et pourtant non, Jean-Yves Gabbud du Nouvelliste poursuit sur sa lancée.

Lire la suite...

Dimanche, 4 juillet 2010

Le plus beau texte de la littérature valaisanne

[...]

Je ne songeais plus qu'au dernier charron d'Anniviers que l'on allait porter en terre, à ce pan de vie qui s'était écroulé comme l'angle vétuste d'un édifice que l'on ne relèvera plus.

Son père, que l'on n'appelait que le "charron Melly", lui avait appris à polir des pièces parfaites pour les voitures à chevaux, pour les chars du nomadisme et ces luge à deux bras bien lisses pour le dévalage des foins, des bois et du "fruit" de l'alpage.

Je vois encore des moyeux tout étincelants et des roues suspendues à l'atelier, qui attendaient que le maréchal eût le temps de procéder aux ferrages. Enfants, nous regardions ébahis la scie à ruban, le tour et l'établi d'où s'envolaient des copeaux drus comme des esquilles de fromage vieux, et cette poussière parfumée qui s'entassait en petits cônes sous les machines désuètes. Nous pensions à ces amas de cirons qui tombaient des râteliers chez les paysans cossus qui thésaurisaient de nobles pourritures dans les caves et les greniers.

Lire la suite...

Samedi, 8 mai 2010

Encore un sportif anniviard!

Fils de sportif prof de ski, Florent Salamin est tombé tout petit dans la marmite. A cette époque déjà, il était parfaitement reconnaissable à sa superbe marque de lunettes façon marsupial.

Il a grandi en conservant sa marque de lunettes durant la saison froide et passe de portes, et des portes, pour viser les podiums de ski de descente.

Mais le chemin est long et semé d'embûches. Preuve en est, l'un de ses messages qui évoquait mauvaise chute en deuxième manche de slalom, un "vol plané" qui tient du placage au sol pour quelques jours.

Lire la suite...

Lundi, 12 avril 2010

Henri l'Anniviard de Sierre

Franchement, même à la retraite, je n'ai pas voulu retourner vivre en Anniviers.

Aussitôt dit, aussitôt fait. L'oncle Henri, sans doute vu son âge canonique tout autant qu'à son veuvage, ne remonte plus si souvent qu'il n'a eu l'habitude des aller-retour à l'époque:

J'ai vécu mon enfance entre Grimentz et Sierre. Nous étions des nomades. La famille était propriétaire de vignes et de prés en plaine. (...) Dès le 25 février, nous délaissions Grimentz pour rejoindre Sierre jusqu'au début du mois d'avril. L'ensemble du val d’Anniviers pratiquait la transhumance. A l'âge de 7-8 ans, lors de mes premiers voyages, je descendais déjà la vallée à pied. Je ne voulais pas prendre place sur le char ou le mulet. J’étais un grand! Le trajet prenait au moins cinq heures.

Lire la suite...

Vendredi, 9 avril 2010

Le départ du curé

Permettez que je vous retrouve enfin pour une petite série de portraits. Celle du curé Dubosson, d'abord, qui a eu les honneurs d'un 3/4 de page quadri dans le Nouvelliste aujourd'hui même.

Si on y célèbre une vie d'être humain bien remplie à l'aube de la retraite, c'est justement... pour l'annoncer et par là son départ du Val d'Anniviers.

Le curé Dubosson, proche de ses ouailles [mais aussi proche de l'Evêque Brunner lors de ses vadrouilles anniviardes lequel fut un instant son serviteur en accomplissant le rite du tonneau de Grimentz], trace un portrait touchant des habitants de notre vallée qui corrobore les écrits de notre ethnologue national [Bernard Crettaz] ainsi que les opinions glanées ici ou là. Sommes-nous donc spécialement plus ouverts et accueillants que d'autres?

Lire la suite...

- page 2 de 5 -