Non seulement il nous impose une vision assez... stalinienne de la démocratie, mais il ne tient pas compte de l'activité économique d'une région et risque surtout de déplacer, donc d'étendre le problème du mitage de territoire à des régions qui étaient jusqu'ici soit préservées soit pas concernées.

A ce titre, voici l'affirmation de l'initiative et la réponse des opposants à l'initiative - que l'immoblog soutient:

D'ailleurs:

En considérant toujours ceci:

Extraits tirés de l'argumentaire des opposants à l'initiative.

Car, oui, nous sommes tout de même les premiers concernés par notre propre avenir dans la vallée, non? Urbain Kittel s'est fait notre porte-parole pour l'occasion dans le reportage ci-dessus.

L'article Les cantons doivent réagir du Nouvelliste du 14 janvier dernier, décrypte noir sur blanc la situation en Valais. Pour la petite histoire, on lira Franz Weber dans le pavé du bas de page dont l'avis se veut rationnel ["je raisonne"], mais crie, hurle pour "défendre les intérêts des régions de montagne".

Philippe Roch a lui aussi l'impression de nous rendre service "en nous empêchant d'aller plus loin".

Et si nous visions le même objectif, mais avec les moyens du bord, ceux qui correspondent de façon réaliste et pragmatique à nos besoins pour concilier cet idéal que nous partageons avec notre survie économique, notre bien-être dans notre environnement qui fait que nous sommes en mesure et heureux de vous y accueillir?

Bon objecitf, mauvaises réponses. Altitude 1400, Bernard Attinger s'exprimait en vidéo, est très soucieuse et investie de notre développement territorial. L'association argumente clairement en faveur du non.

Monsieur Weber évoque le Tyrol. C'est un exemple parlant que nous ne manqueront pas de survoler dans un prochain billet. Pas avant 2 ou 3 jours, soyez rassurés. (dizzy)


Histoire de se dégourdir les papattes après avoir causé mimites, voici une interview-délire qui vous est chaudement recommandée pour prendre un peu de distance: le 120 minutes de Couleur3 de hier, le 31 janvier 2012, et son invité Jean-Brice Défago. :ok: