Cette année à Grimentz, on a même eu droit à de derniers tirs au fusil [les militaires égrènent la journée de leur démonstration de force et de coups de semonces] au beau milieu de la nuit qui suivit. Longue journée pour ces arpètes qui se lèvent tôt le matin de la fête pour la Diane [fifre et tambours à travers le village à l'aube pour réveiller toute la smala]. On n'en dira pas plus, mais les chtis n'ont rien à nous envier. ;-)

Bref, ce sont mes années saviésannes qui ont peut-être écoulé mon quota de résistance pour ce genre d'activité. Mais, pour la chose religieuse, le seigneur s'est toujours arrangé pour ne pas laisser tomber l'immoblog et a investi, une fois encore l'ange, Véro pour le reportage photo.

Il est bon de préciser qu'au-delà de la foirinette païenne, cette fête rassemble d'abord une communauté qui, bien qu'égayée par l'aspect festif de l'événement, se réunit avant tout pour la célébration. Il y a la messe, puis la procession à travers le village pour rejoindre les différents reposoirs soigneusement préparés et décorés par les dames du villages et sans doute aussi quelques muscles plus affirmés. On s'y arrête, on bénit, on prie, puis on reprend le chemin pour la prochaine station. Il y a là le curé qui avance à pas mesuré sous un dé porté par les autorités locales [même des femmes en sont désormais...]. Suit la Vierge en statue portée par des jeunes filles du villages [Petite, j'en étais. D'abord à tenir les rubans et, plus tard, à porter la statue, vêtue d'une aube blanche], même des jeunes hommes, maintenant. Il y a, pour l'occasion, les militaires, fiers dans leurs habits de parade, l'Echo de Moiry et les fifres et tambours sans lesquels une fête n'en serait pas une. Puis vient la population, recueillie et investie de la lourde tâche de perpétuer cette tradition.

La ripaille s'organise après les oraisons de façon communautaire et le reste de la journée s'égrène dans la joie et la bonne humeur, à peine ponctuée par une parade sur le coup des 16 heures.

Le reste, vous le devinerez car, ceci, le seigneur s'est arrangé pour ne pas nous en faire suivre l'écho. La journée commentée en photos [merci Véro!]: