Qui sont ces bénéficiaires? De grandes entreprises qui accueillent quotidiennement des touristes en balade pour ne pas dire qu'elles nous les piquent par jours de mauvais temps, mais qui se situent dans les grands centres urbains et non en stations. Suivez mon regard [en illustration]... Précisons ici que cette photo a été prise ces jours à Grimentz-même et qu'il s'agit justement de l'une de ces entreprise qui fait sa pub juste en-dessous de notre plan des pistes comme tout connaisseur de notre région l'aura évidemment déjà noté. En saison, cette pub est on ne peut mieux ciblée, un coup de maître! Alors pourquoi pas aussi un coût de main en retour?

Pourtant, personne n'entre en matière pour l'impôt cantonal sur le tourisme, jugé politiquement irrecevable. Notre ancien gouverneur propose bien de s'en référer à la taxe cadastrale pour financer notre économie touristique, mais une salve bien sentie lui est revenue, telle un boomerang. Nombre d'entre nous jugeons son idée irrecevable et ne comprenons pas pourquoi, alors qu'il était en poste à la naissance du projet de la nouvelle loi, il ne s'est pas alors lui-même attaqué à cette réforme. Occupé ailleurs? Y en a même qui ironisent: Chez nous les patates chaudes... on les avalent avec la raclette.

Ceci pour vous donner un aperçu du contexte actuel par ici.

Hormis les grands débats sur Canal9, notre tv régionale, ou les nombreux articles dans le Nouvelliste qui ont bizarrement pris une tournure moins agressive depuis une dizaine de jours [les compte-rendus des partisans ne sont plus ironisés et ceux des opposants moins fanatisés], hormis les grands pontes du tourisme que l'on retrouve
Deçà, delà,
sur tous les fronts, sans parler des innombrables lettres aux lecteurs de notre presse!, nous sommes quelques uns dans la région a avoir pu donner notre opinion sur la question. C'était vendredi dernier dans le JDS, dont voici les extraits [les deux dernières pages se lisent côte-à-côte] et par là un condensé du fond de ma propre pensée. Notez que tout le monde finit par tourner autour des mêmes arguments, en fin de compte.

Sauf quand ils sont repris à l'inverse exact par le camp adverse... :roll:

La suite de la polémique sur Facebook: Vivement le 29 novembre qu'on en termine avec cet étripage!