L'immoblog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lundi, 17 décembre 2007

Les Féeries vues par le Nouvelliste et la JCI


Grimentz assoupi sous cinquante centimètres de neige: un décor de rêve! C’est dans la fraîcheur parfumée des sapins verts que le village anniviard a été décoré d’étincelantes étoiles pour cette quatrième édition des féeries de Noël. «Nous nous sommes mis à l’oeuvre dès le mois de juin déjà», a lancé Vincent Massy, le président du comité d’organisation. «Il faut avoir l’esprit Noël pour préparer cette fête en plein été! Quel bonheur: les vingt maisonnettes installées à travers le village sont offertes par les entreprises de menuiserie de Grimentz. Sans leur générosité, point de féeries! Avec un budget de 35000 à 40000 francs nous couvrons tout juste les frais.» Pour les habitants, cette manifestation ouvre officiellement la saison d’hiver. «C’est une mise en condition pour les fêtes de fin d’année», relève Valérie Levrand, coordinatrice auprès de l’office du tourisme. «Des hôtes avec enfants sont déjà arrivés ce week-end. De jour en jour, les petits s’enflamment d’impatience en attendant le grand soir autour du sapin. Notre animation est un prélude à ces réjouissances. »
Ce week-end, un hélicoptère s’est ainsi approché des vieux mazots, soufflant la neige avec ses rotors. La machine s’est posée sur la patinoire. Le Père Noël de Finlande a été accueilli par une centaine d’enfants. Le vénérable homme leur a distribué des friandises. En contrepartie, il a récolté des cadeaux qui seront offerts ces prochains jours à la section valaisanne de l’OEuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO).
Partout voltigeaient d’étonnants effluves d’épices de cannelle et d’anis étoilé. Personne n’a échappé à l’envoûtement de ces irrésistibles petits gâteaux qui se déclinaient à foison. On pouvait aussi boire un verre de «glöggi», une boisson finlandaise chaude composée de vin, de vodka, de jus de pomme, de jus d’orange, de sirop de cassis, et déguster la viande séchée de rennes aux rythmes des productions artistiques, dont celles de l’école du cirque Zôfy de Sion, du groupe Macadam et des chansons de Richard Delavy, ainsi que des chorales de Fribourg et Vissoie...
Un vrai conte de fées!

L'article pdf [d'ailleurs aussi obtenable en cliquant sur l'illustration]

Bon, ben pour notre part, la suite du conte de fée de ce soir se déroule à l'assemblée primaire [l'assemblée des citoyens de Grimentz].

Arianna



Dans le cadre du parcours Arianna initié par movingAlps (voir ci-dessous), une trentaine de femmes du val d’Anniviers ont reçu mardi soir à Zinal une attestation de compétence après deux ans de formation. Il s’agit d’un projet innovateur et expérimental visant à améliorer la position de la femme dans les régions périphériques, à faciliter l’apprentissage de technologie de la communication.
Ce dessein vise encore à promouvoir et renforcer des projets d’entreprise innovateurs en relation avec l’économie. Il prévoit également la présence active de la femme ayant une famille dans le développement régional.

Par visioconférence. Les participantes ont travaillé durant deux ans sous la responsabilité de Dominique Epiney Regolatti, Christine Steullet Clivaz et Adriana Tenda Claude. Elles ont suivi les cours avec le Tessin par le biais de la visioconférence. La Tessinoise Giuliana Messi a coordonné cette formation pour le Laboratoire d’ingénierie de la formation et de l’innovation (LIFI) et l’Université de la Suisse italienne. «Le modèle de compétences que la femme d’Anniviers exerce dans sa famille peut être exporté dans des projets à réaliser. Elles ont le potentiel, l’intelligence, la créativité et l’envie d’apprendre. C’est un cadeau! De plus, elles ont beaucoup de caractère. J’ai eu énormément de plaisir à travailler avec elles.»

Cinq projets en cours. Si la formation est maintenant achevée, le développement des projets commence. Cinq d’entre eux ont démarré et devraient être bientôt opérationnels. Le premier est un livre de contes et légendes du val d’Anniviers pour enfants, accompagné d’un CD et d’une partie didactique est en cours d’élaboration.
Ensuite, le Centre d’architecture et de patrimoine d’Anniviers (CAPA) vise à faire redécouvrir, respecter, valoriser l’environnement naturel et bâti.
Autre création: l’«Espace montagne», centre d’interprétation à Zinal. Il propose de faire renaître la grande épopée des montagnes. Un service de babysitting a été créé pour suppléer les services existants, tels que la crèche et les mamans de jour. Une quinzaine de jeunes filles ont suivi la formation officielle.
Enfin, le projet «Formation itinéraire santé», auquel collaborent plusieurs participantes du parcours Arianna Anniviers est un exemple de l’importance du réseau.
Il s’agit d’une association à but non lucratif créée en décembre 2006 par Mali Wiget, médecin généraliste de montagne, dont le but est de promouvoir la santé dans les communautés alpines.


ARIANNA C’EST QUOI? Arianna est un parcours formatif expérimental conçu par le Laboratoire d’ingénierie de la formation et de l’innovation (LIFI) et l’Université de la Suisse italienne sur mandat de la Fondation movingAlps. Le parcours Arianna a été proposé initialement aux femmes du val Maggia (TI), puis à celles du val d’Anniviers. Durant ces deux ans, l’anthropologue Thierry Amrein a suivi pas à pas cette démarche dans le cadre d’une étude à publier.